Votre ville

Il est 5h, Paris s’éveille…

L’Ordre des Avocats de Paris regroupe l’ensemble des avocats du Tribunal de Grande Instance (TGI) de Paris. A sa tête, est élu démocratiquement par ses pairs, un bâtonnier, pour deux ans au scrutin majoritaire. Chaque vice-bâtonnier accompagne le bâtonnier et le succède à la fin de son mandat.

Le bâtonnier est le porte-parole des avocats et représente le Barreau. Il est l’interlocuteur désigné pour la presse et les pouvoirs publics. Il émet l’avis de la profession et s’occupe se sa promotion.

Sont élus également les 42 membres du Conseil de l’Ordre. Le bâtonnier préside le Conseil de l’Ordre, il est son organe exécutif. Le Conseil de l’Ordre, quant à lui, est l’organe législatif, disciplinaire et délibérant du Barreau.

Ce conseil administre, inscrit, désinscrit les avocats. Il statue sur leurs démissions ou sur leurs honoraires. Ses missions sont également de veiller au règlement intérieur du Barreau et de sanctionner ses membres si ils manquent aux obligations qui sont les leurs. Deux autorités (une de poursuite et une autre d’instruction) sont compétentes en la matière et quatre formations de jugement rendent les décisions disciplinaires.

Il faut savoir que ce n’est qu’avec Louis-Philippe 1er que les ordres se sont affranchis de la tutelle des pouvoirs publics. Aussi, seulement deux femmes ont été élues bâtonniers en 800 d’histoire : Dominique de La Garanderie (avocate spécialisée et réputée en droit social élue en 1998) et Christiane Féral-Schuhl (avocate spécialisée dans les nouvelles technologies et le droit informatique élue en 2010).

tribunal de grande instance paris divorce

Le Tribunal de Grande Instance (TGI) de Paris siège au palais de justice de Paris sur l’île de la Cité. Il faut savoir que le TGI de Paris est la juridiction la plus importante de France compte tenu du nombre d’affaires traitées.

En bref

Il est intéressant de savoir qu’il n’y a pas plus de divorce à Paris qu’en province. Bien que d’après l’Institut national d’études démographiques (Ined), le département parisien demeure celui où est comptabilisé le plus de divorce, les départements des Bouches-du-Rhône, des Alpes-maritimes et de l’Hérault (respectivement Marseille, Nice et Montpellier) caracolent en tête. Derniers du classement, la Bretagne et l’Auvergne.

Il ressort de cette étude de 2009, qu’un mariage sur deux conduit au divorce dans les grandes villes alors que l’on divorce une fois sur trois dans les petites villes.

Et gare à vous messieurs, ce sont incomparablement les dames qui prennent le plus souvent l’initiative de la séparation !

ADP